L’église paroissiale

l'Histoire

Pendant la guerre de Trente Ans et tandis que la peste exerçait ses ravages dans l'Allemagne voisine, les habitants de Schnann prirent la décision d'ériger une église afin de prier Dieu de protéger leur village des grandes misères. En 1633, les habitants commencèrent leur ouvrage pour inaugurer l'église en 1646 et la dédier à Saint Roch, sensé les protéger de la peste.

Aumônerie

Bien que Schnann dispose d'une église depuis cette époque, jusqu'en 1921, les morts étaient enterrés au cimetière de Flirsch et les aumôniers (abbés, déficients) prêtant leurs services à Schnann étaient subordonnés à la paroisse de Flirsch jusqu'en 1927.

Depuis la construction de leur église, les habitants de Schnann avaient l'ambition de devenir une paroisse à part entière. Pourtant, les exigences en la matière étaient très élevées. A partir de 1706 et les années suivantes, un presbytère comprenant une ferme paroissiale fut mis en place pour offrir un logement permanent à un curé, ses tâches étant définies dans l'acte collégial de 1706. 

L'année 1780 fut une année décisive pour les curés de Schnann. La paroisse de Pettneu ayant prêté caution pour le maintien de la « lumière éternelle », Schnann obtint l'ostensoir, conférant ainsi à l'abbé le pouvoir de bénir les malades et les mères. Pour l'abbé Schmid, cela avait une telle importance qu'il prêta 75 florins à l'église pour la construction de la sacristie.

Lors des funérailles, les morts de Schnann étaient portés jusqu'au « Seelenzoll » où une courte pause était faite pour permettre de jeter un dernier coup d'œil sur le village d'origine avant que le mort ne trouve son dernier repos au cimetière de Flirsch.

Architecture

Pendant la deuxième moitié du 18e siècle, l'ancien chœur de la nef à cinq travées fut remplacé par une abside ronde. Georg Witwer, peintre d'Imst, fut chargé de décorer la nef et l'abside de fresques. Dans l'abside, la communion des apôtres, célébrée dans une salle à coupole et colonnes, est représentée. Sur la fresque du plafond de la nef, Georg Witwer laisse intervenir Saint Roch et Saint Sébastien auprès de la Vierge Marie, trônant sur un nuage. 

Au-dessus de l'orgue, il peint la mort de Saint Roch. La décoration du pendentif est intéressante : Johann Georg Witwer choisit l'abside ronde pour représenter les quatre évangélistes et la nef pour les quatre pères de l'église, à gauche Ambroise et Jérôme, à droite Auguste et Grégoire . Les pendentifs du fond montrent les quatre vertus peintes par Raphael Thaler d'Innsbruck en 1927/28. 

Le maître-autel et les deux autels latéraux ont été créés par le sculpteur baroque Severin Traxl qui y plaça des figures de saints d'un art parfait. Aux environs de 1900, l'abbé Netzer retira l'image de la crucifixion pour la remplacer par une statue de Saint Roch. De plus, il commanda des statues de Sébastien, de Florian et d'un ange gardien et deux nouvelles stalles auprès du sculpteur Alois Gröbner de Pettneu. 

Lorsque Schnann devint une paroisse à part entière, une chapelle des morts fut érigée en amont de l'église selon les plans de l'architecte Karl Paulmilch (les fresques étant réalisées par Raphael Thaler d'Innsbruck).

En mémoire aux morts de la Première Guerre mondiale, Alois Gröbner fut chargé d'ériger un monument aux morts. Les noms des disparus et des morts de la Seconde Guerre y furent également gravés. 

Les membres de cette petite paroisse font toujours preuve de beaucoup d'investissement pour maintenir en bon état leur petite église et d'y installer la technique à la hauteur du temps (orgue, cloches électriques, chauffage, haut-parleurs). Ainsi, la chapelle des morts devint partie intégrante de l'ensemble à la fin des années 1980. 

Ces derniers temps, la paroisse de Schnann n'accueille plus beaucoup de croyants et a été intégrée dans une communauté d'aumônerie avec les paroisses de St. Anton, St. Jakob, Pettneu et Flirsch.